Y avait-il de la vie sur la lune ?

Quelques jours après la plus longue éclipse du siècle, et 49 ans après le débarquement historique d’Apollo 11, la Lune attire notre attention d’une manière inattendue : et si, dans un passé très lointain, quand elle était moins aride, elle avait été habitable ? Ou même habité ?
Ce n’est qu’une hypothèse, donc à lire avec toutes les conditions bien en évidence, mais dans une étude publiée dans la revue Astrobiology, Dirk Schulze-Makuch, astrobiologiste à Washington State University, et Ian Crawford, professeur de science planétaire et astrobiologie à l’University of London, soutiennent que les conditions à la surface lunaire auraient été suffisantes pour soutenir de simples formes de vie pendant deux périodes distinctes : peu après la formation de la lune, environ 4 milliards d’années et au sommet de son activité volcanique, environ 3.il y a 5 milliards d’années. Au cours des deux périodes, les scientifiques croient que la Lune a émis de grandes quantités de gaz volatils surchauffés, y compris de la vapeur d’eau, de l’intérieur de la Lune. Les deux chercheurs soutiennent que cette fuite de gaz aurait pu former des mares d’eau liquide à la surface de la Lune, ainsi qu’une atmosphère suffisamment dense pour pouvoir retenir l’eau à la surface pendant des millions d’années. « Si de l’eau liquide et une atmosphère importante ont été présentes sur la Lune pendant de longues périodes de temps, nous pensons que sa surface a été, au moins temporairement, habitable,  » dit Schulze-Makuch.
Les travaux de Schulze-Makuch et Crawford s’appuient sur les résultats de récentes missions spatiales et l’analyse d’échantillons de roches et de sols lunaires, qui montrent que la Lune n’est pas aussi sèche qu’on le pensait. En 2009 et 2010, une équipe internationale de scientifiques a découvert des centaines de millions de tonnes de glace d’eau sur la Lune. De plus, il y a de fortes traces d’une grande quantité d’eau dans le manteau lunaire qui aurait été déposée au début de la période de formation de la Lune.
Il est probable qu’au début, la Lune avait aussi un champ magnétique qui aurait pu protéger toute forme de vie en surface du vent solaire. La vie a peut-être commencé comme sur Terre, mais Schulze-Makuch croit que le scénario le plus probable est qu’elle a été apportée par une météorite. Les premières traces de vie sur Terre proviennent de cyanobactéries fossilisées qui ont entre 3,5 et 3,8 milliards d’années. Durant cette période, le système solaire a été dominé par de fréquents impacts de météorites gigantesques. Il est possible que des météorites contenant des organismes simples tels que des cyanobactéries aient quitté la surface de la Terre et soient arrivées sur la Lune.
« Il semblerait que la Lune, à cette époque, était habitable, poursuit Schulze-Makuch. « En effet, les microbes ont pu prospérer dans ces hypothétiques mares d’eau sur la Lune jusqu’à ce que la surface devienne sèche et sans vie.
Schulze-Makuch reconnaît que la question de savoir si la vie a commencé sur la Lune ou si elle y a été transportée d’ailleurs ne peut être réglée que par un programme d’exploration lunaire. Un axe de recherche très prometteur pour d’éventuelles futures missions spatiales serait d’obtenir des échantillons des dépôts de la période d’intense activité volcanique pour voir s’ils contiennent de l’eau ou d’autres indicateurs possibles de la vie. De plus, des expériences pourraient être menées dans des environnements lunaires simulés, sur Terre et sur la Station spatiale internationale, pour voir si les micro-organismes peuvent survivre dans les conditions environnementales prévues sur une Lune primordiale.

 

f }