Ximo Puig laisse la porte ouverte pour avancer les élections dans la Communauté Valencienne

Le territoire n’a jamais fait usage de la possibilité de fixer pour lui-même la date des élections autonomes.

Le président de la Generalitat Valenciana, le socialiste Ximo Puig, a laissé la porte ouverte ce vendredi à un aperçu des élections régionales dans la Communauté Valencienne. Puig a affirmé, après avoir fait le bilan de ses trois années de mandat, qu’aujourd’hui les conditions ne sont pas en place pour le faire, mais que « les circonstances politiques peuvent changer ».

Parallèlement, le président prend des mesures pour pouvoir appuyer sur le bouton d’appel, y compris l’appel d’offres pour l’achat de bulletins de vote, qui a eu lieu en juillet, beaucoup plus tôt que d’habitude si le vote devait avoir lieu, comme prévu initialement, en mai 2019, comme l’a révélé cette semaine le Levante-EMV.

Le Statut d’Autonomie de la Communauté Valencienne prévoit la possibilité que le président dissolve le Parlement autonome et convoque des élections, mais il n’a jamais été utilisé. Jusqu’à présent, les élections ont eu lieu tous les quatre ans le même jour que les élections locales, comme cela s’est produit dans le reste des communautés à l’exception de l’Andalousie, la Catalogne, la Galice et le Pays Basque.

Rejeter complètement l’avance électorale, a dit M. Puig, équivaudrait à « renoncer à une compétition ».

Les enquêtes, telles que la CEI publiée ce jeudi, donnent aux socialistes de bonnes perspectives électorales, ce qui permettrait à Puig de rééditer l’accord gouvernemental de la Communauté valencienne avec Compromís et Podemos, le Pacte botanique, dont la continuité a été préconisée ce vendredi pour la prochaine législature.

Le président a toutefois assuré que la décision d’avancer les élections ne répondra pas, si nécessaire,  » aux intérêts partisans, mais à ceux de la communauté valencienne « .

L' »invisibilité » du reste de l’Espagne est l’un des problèmes rencontrés par les Valenciens et la tenue différenciée d’élections autonomes serait un « instrument » pour mettre l’agenda valencien sur la table, a déclaré Puig. Il inclut en priorité la réforme du système de financement, que le président du gouvernement, Pedro Sanchez, a exclu que cette législature soit fermée.

Engagement moins partisan

Puig a garanti que l’appel serait lancé, en tout état de cause, avec « loyauté » envers son partenaire gouvernemental, Compromís, et encore moins envers l’avance électorale. Sa chef et vice-présidente de la Generalitat, Mónica Oltra, a comparu aux côtés de Puig après la dernière session plénière de l’exécutif jusqu’en septembre. Oltra a évité de s’étendre et s’est limitée à déclarer que le gouvernement valencien « est bon, stable et maintenant les conditions ne sont pas en place pour déclencher des élections ».

Les dirigeants du PSPV-PSOE et de Compromís se sont mis d’accord sur les réalisations du pouvoir législatif

« La Communauté de Valence avait atteint des creux historiques en termes de réputation, de situation économique négative et de manque de crédibilité dans les institutions, mais avec toutes les difficultés et les insuffisances, nous avons changé le paradigme, » a déclaré Puig. « Maintenant, nous exportons du prestige, et c’est une source de fierté. Nous sommes un exemple de bonne pratique, d’efficacité, de dialogue, de solidarité, d’hospitalité et de stabilité « , a déclaré Oltra.

f }