Un vaccin expérimental contre le paludisme atteint une immunité totale

Le médicament a été testé sur un petit groupe de personnes et n’a pas encore prouvé son efficacité dans les populations africaines, les plus touchées par la maladie.
Les chiffres sur le paludisme sont déchirants. En 2015, les parasites Plasmodium, qui passent d’un corps à l’autre par les moustiques femelles Anophèles, ont tué quelque 429 000 personnes dans le monde, dont 92% en Afrique. La plupart étaient des enfants de moins de cinq ans. Les données de la lutte contre la maladie, cependant, offrent également de l’espoir dans les possibilités de la médecine. Entre 2010 et 2015, la mortalité a chuté de 29 % dans le monde, une baisse qui a atteint 35 % chez les enfants de moins de cinq ans.

Les mesures pour éviter les infections sont diverses. Les plus efficaces sont les moustiquaires non sophistiquées, comme les moustiquaires imprégnées d’insecticide pour protéger ceux qui dorment dans les zones d’endémie palustre ou les pulvérisations intérieures. Mais les progrès dans l’éradication du paludisme, qui n’a pas été possible en Europe avant 2016, nécessiteront une combinaison de nombreux outils.

L’un d’entre eux est celui des vaccins qui, pour l’instant, ont montré une efficacité limitée. En 2015, l’Agence européenne des médicaments a approuvé le premier vaccin contre le paludisme et le premier vaccin contre une maladie causée par un parasite chez l’homme. Le Mosquirix, développé par la multinationale pharmaceutique GlaxoSmithKline, avec le financement de la Fondation Bill & Melinda Gates, a une efficacité partielle qui varie selon l’âge ; il est de 36% chez les enfants vaccinés à partir de 5 mois et de 27% chez ceux vaccinés à partir de 6 semaines. Son utilisation est conçue comme un complément aux mesures actuelles de prévention et de traitement de la maladie.

f }