Tout ce que vous devez savoir sur le San Fermín 2018

Huit corridas, un spectacle de rejoneo et une novillada composent le cycle de la foire.

Pampelune sent le taureau depuis des jours. Le protagoniste incontesté de la foire de San Fermín fut le premier à arriver. Repos dans les Corrals de gaz pendant que des milliers de touristes se mobilisent à travers le monde pour assister à l’un des festivals les plus internationaux, bruyants, colorés et emblématiques du monde ; une tour de babel sur laquelle le taureau figure fièrement, l’animal qui donne sens à Pamplona et les Sanfermines.

De la course matinale des taureaux à la corrida du soir, son image inonde toute la ville. Tandis que Pampelune termine les préparatifs, le taureau attend patiemment que le chupinazo de midi du jour 6 le réveille de sa léthargie et que le compte à rebours de la première course commence vraiment, rapide, instantané, dangereux et excitant où la tension, les peurs, les peurs, les poussées, les tas et peut-être la première rayure ou la première goutte de sang d’un courageux, absent ou avec malheur sont mélangés.

Ensuite, le déjeuner, les géants et les grosses têtes, la musique, la danse, l’encierro chico, le chistorra, l’artichaut, le piment piquillo, le calimocho, le pacharán, les peñas, les charangas, la procession aux arènes, la corrida, le bruit assourdissant, la fille ye-yé, le roi (avec de l’argent et sans argent je fais toujours ce que je veux), le casse-croûte, maigre à la tomate, muletier à l’ail… Et que la fête continue, jusqu’à ce que l’aube annonce le confinement de la nouvelle journée.

Tout est prêt pour que la fête commence

La clôture, la nourriture, les boissons, l’uniforme blanc, le foulard rouge et les 490 événements que la Mairie a programmés pour enfants et adultes, avec un budget de 1,36 millions d’euros.

Les taureaux sont prêts aussi. Les premiers, les élus du ranch de salmantina du Port de San Lorenzo, -les premiers qui partiront au volant-, sont arrivés à la ville le 28 juin dernier ; et déjà ils les accompagnent ceux de José Escolar, Cebada Gago, Fuente Ymbro et Núñez du Cuvillo ?

Et la route de la course des taureaux est prête. Lundi soir dernier, les opérateurs d’une entreprise madrilène ont appliqué un liquide antidérapant sur le sol de différentes sections pour faciliter l’accroche des sabots des animaux et prévenir les chutes, surtout les jours de pluie.

Tout commence le vendredi, à midi, avec le lancement du chupinazo depuis le balcon de la mairie. Et à l’aube du samedi 7 juillet, jour de la San Fermín, la première course des taureaux.

Les taureaux commencent leur voyage à huit heures du matin lorsque le bruit d’une fusée ordonne l’ouverture des portes du Corral de Santo Domingo. Là, loin de l’agitation, les animaux ont passé la nuit après leur « repos » de plusieurs jours dans les Corrales del Gas, où ils font l’objet d’une curiosité populaire pour le modeste prix de trois euros.

A partir de ce moment, les coureurs essaient de se détendre en se pressant contre les murs des rues déjà célèbres dans le monde entier : Cuesta de Santo Domingo, Plaza del Ayuntamiento, courbe Mercaderes, Estafeta, section de Telefónica et allée d’accès à la place, à 875 mètres du vieux cas Iruña par lequel les taureaux s’échappent et s’enfuirent de peur et cherchaient avec enthousiasme la sortie vers la place.

Mais la fin du voyage sont les corrals des arènes. Là, dans leur dernière attente, ils attendront jusqu’au moment de la corrida. Puis, six heures et demie de l’après-midi, aura lieu un autre des rites centraux de San Fermín : la corrida des taureaux les plus impressionnants de la portée annuelle des braves, ceux des pythons les plus longs et astifinos. Là, entre les chants infatigables de la solanera et le silence respectueux de l’ombre, les toreros les plus audacieux joueront la vie tandis que la plupart mangeront, chanteront et s’amuseront.

Le taureau, toujours le taureau, au centre de la fête. Et devant, derrière et sur les côtés, la Casa de Misericoria, -la MECA-, l’institution caritative privée, propriétaire de la place, responsable de l’organisation de la course des taureaux et des festivités tauromachiques, qui avec les bénéfices de la foire couvre 30% du budget d’une résidence où vivent 530 personnes âgées.

La MECA décide des haras et des toreros qui sont annoncés chaque année à San Fermín ; sans les liens habituels de la tauromachie, l’objectif est qu’ils répètent les taureaux et ceux des lumières qui triomphent dans les arènes, bien qu’ils ne les obtiennent pas toujours et que les contrats ne soient pas tous compris. Chaque année, l’abonnement est renouvelé pour une place d’une capacité de 19 721 places assises, et les stands sont pratiquement pleins tous les soirs de la foire.

Huit corridas, un spectacle de rejoneo et une novillada sont annoncés cette année

Octavio Chacón, Emilio de Justo, Juan José Padilla, Pepín Liria, Roca Rey et Ginés Marín en sont les protagonistes.

Les deux premiers, parce qu’ils font leurs débuts dans les Sanfermines après la bonne image qu’ils ont offerte à la dernière foire de San Isidro devant les taureaux de Saltillo (Chacón) et Victorino (De Justo) ; Padilla, idole des supporters locaux, fait ses adieux ; Liria reparaît (¿ ?) après dix ans de retraite volontaire ; et Roca Rey et Marín, car ce sont les deux seuls toréducteurs qui feront un double au salon.

Fortes représente peut-être l’absence la plus marquante et inexplicable ; il a négocié avec la Casa de Misericordia, mais son nom n’est pas finalement apparu sur les affiches de Pampelune.

Et une année de plus ne sera pas celle du rejoneador Diego Ventura, qui n’a pas encore fait ses débuts à Pampelune, par imposition, apparemment, de Pablo Hermoso de Mendoza. Une décision qui remet sans doute en cause le prestige bien mérité de la Maison de la Miséricorde.

Les affiches de la Feria del Toro 2018 sont les suivantes

Jeudi 5 juillet – Novillada. Alfonso Cadaval, Toñete et Francisco de Manuel (novillos de Pincha).

Vendredi 6 juillet – Spectacle de rejoneo. Pablo Hermoso de Mendoza, Leonardo Hernández et Roberto Armendáriz (El Capea bulls).

Samedi 7 juillet – Paco Ureña, Román et José Garrido (taureaux de Puerto de San Lorenzo).

Dimanche 8 juillet – Javier Castaño, Emilio de Justo et Gonzalo Caballero (José Escolar).

Lundi 9 juillet – Octavio Chacón, Luis Bolívar et Juan del Álamo (Cebada Gago bulls).

Mardi 10 juillet – Sebastián Castella, Miguel Ángel Perera et López Simón (taureaux de Fuente Ymbro).

Mercredi 11 juillet – Antonio Ferrera, Andrés Roca Rey et Ginés Marín (taureaux de Núñez del Cuvillo).

Jeudi 12 juillet – Pepín Liria, El Juli et Ginés Marín (taureaux Victoriano del Río).

Vendredi 13 juillet – Juan José Padilla, Cayetano et Roca Rey (taureaux de Jandilla).

Samedi 14 juillet – Rafaelillo, Rubén Pinar et Pepe Moral (taureaux Miura).

Traduit avec www.DeepL.com/Translator

 

f }