Tout ce que vous devez savoir avant d’acheter une voiture d’occasion

Le secteur des voitures d’occasion a toujours été l’un des plus signalés à notre association. Malheureusement, vous vous trouvez très souvent après avoir acheté une voiture et avoir des problèmes peu de temps après et peut-être devoir dépenser plus d’argent pour la réparer. N’oubliez pas de prêter attention à la fois aux aspects « techniques » tels que l’odomètre mais aussi de vérifier si toutes les informations en phase précontractuelle telles que les indications sur la garantie légale de conformité qui sont une garantie pour tout défaut sont correctes. Voici donc quelques conseils utiles de nos experts pour acheter une voiture d’occasion en toute sécurité.

 

Préfère acheter à un vendeur professionnel plutôt qu’à un particulier pour une raison très simple : en cas de problème, le Code de la consommation s’applique, qui prévoit un système de garanties renforcées aux articles 128 et suivants. Entre concessionnaire, showroom et atelier, il est préférable de choisir le concessionnaire qui est généralement en mesure de garantir une organisation complète : non seulement les ventes, mais aussi l’atelier, le service, etc. Cependant, il n’est pas toujours facile d’identifier les personnes autorisées par les maisons, il est donc bon de s’informer.

Lorsque vous choisissez une voiture, n’oubliez pas qu’il n’y a pas de liste noire des modèles à éviter et pas de liste noire des modèles les plus fiables. Il suffit de penser que différents constructeurs automobiles utilisent souvent les mêmes moteurs, il est donc très difficile d’affirmer qu’une marque de voiture d’occasion est plus fiable qu’une autre. Les véhicules modernes sont structurés pour environ 350 000 kilomètres de voyage et 18 ans de vie. C’est leur cycle de vie maximum. Ainsi, par exemple, une voiture d’occasion de 150 000 kilomètres est encore à mi-parcours de sa durée de vie. Évidemment, à condition qu’il soit bien entretenu, avec des contrôles réguliers et ainsi de suite. D’une certaine manière, les voitures à essence sont plus fiables dans le temps. Une aide supplémentaire dans le choix de la voiture vient de la norme UNC DOC 01, utile pour vérifier si le prix de vente est vraiment pratique et si vous achetez chez un vendeur professionnel (mais même si vous achetez chez un particulier nous pouvons vous aider !).

Si vous achetez auprès d’un particulier, une fois que vous avez choisi la voiture à acheter, assurez-vous qu’il n’y a pas d’hypothèques et d’arrêts administratifs. Pour le savoir, il suffit de demander au registre public des véhicules, le PRA, pour une recherche. Cela peut se faire en personne, via Internet ou par l’intermédiaire d’agences spécialisées. Attention cependant, il s’écoule souvent un certain temps entre le moment où Equitalia déclenche ses « mâchoires » et l’enregistrement de l’arrestation administrative par le PRA. Et c’est dans cet intervalle qu’un particulier peut tenter de vendre sa voiture, profitant du fait que la prise n’a pas encore été enregistrée. Quiconque achète une voiture à l’arrêt en hérite : c’est-à-dire qu’il ne peut la conduire tant que l’ancien propriétaire n’a pas remédié à sa situation. Il est également important de consulter le livret d’entretien. Un document obligatoire, prévu par le concepteur, qui doit rendre compte, dans un ordre progressif, des interventions effectuées au fil des ans.

En cas de défauts : si le véhicule a été acheté par un professionnel, l’acheteur a droit à ce que la loi appelle la garantie légale de conformité, qui est légalement de 24 mois. Durant ces deux années, l’acheteur est garanti contre les défauts de conformité : il a droit au rétablissement des conditions de conformité du véhicule par rapport à la livraison, par réparation. Si, en revanche, le dommage est trop grave ou la réparation trop coûteuse pour convenir, le contrat peut également être résilié : l’acheteur restitue la machine, le vendeur l’argent, moins la valeur équivalente à la distance parcourue. Ces règles s’appliquent également si j’achète une voiture d’occasion chez un concessionnaire mais que la garantie peut être limitée à un an (elle doit être inscrite sur le contrat, sinon la période de deux ans s’applique.
Nous vous rappelons que le Code de la consommation prévoit une véritable hiérarchie des recours en cas de défauts de conformité, que le véhicule soit acheté neuf ou d’occasion : élimination du défaut, réduction du prix, véhicule de remplacement à l’identique, résiliation du contrat.

Si le défaut concerne une voiture achetée à des particuliers, le Code de la consommation ne s’applique pas, mais le Code civil, pour lequel le vendeur est tenu d’offrir à l’acheteur un bien sans défaut. Et il y a une différence importante : dans le cas du test, c’est à l’acheteur de décider. Autrement dit, si vous achetez chez un concessionnaire, il doit prouver que la voiture d’occasion était en bon état. Si vous achetez à un particulier, vous devez prouver qu’il était « défectueux ». Et ce n’est pas facile….

En cas de problème, le tribunal compétent est toujours le tribunal du consommateur. Donc, si l’acheteur est de Milan et le vendeur de Reggio de Calabre, le jugement aura lieu à Milan. Certains contrats de vente peuvent contenir la clause selon laquelle le for juridique est celui du vendeur : il s’agit d’une clause abusive, interdite par la loi. Ceux qui l’insèrent sont passibles de sanctions.
La clause abusive n’annule pas le contrat, mais si elle est jugée abusive, seule la clause devient caduque. En outre, l’acheteur lésé a le droit de s’adresser à l’autorité antitrust, qui ouvrira une enquête, sans frais pour le consommateur et le professionnel sanctionné paiera de lourdes amendes.

f }