Que nous réserve l’avenir numérique en 2019 ?

 

L’innovation numérique est devenue un phénomène imparable qui exerce une pression sur les structures économiques et de production. L’avenir numérique en 2019 conduit à des changements inévitables. Les transformations vont inclure non seulement les aspects industriels mais aussi les aspects sociaux et organisationnels de l’ensemble de la société avec la croissance du travail intelligent.

Sur le marché des TIC, le sentiment de métamorphose est d’autant plus fort que l’on assiste à un ralentissement des technologies utilisées jusqu’à présent au profit de celles contenues dans les « Accélérateurs de l’Innovation ». A cela s’ajoutent les transformations numériques en cours, y compris les transformations sociales, comme celle du télétravail ou celle de l’interaction avec les objets via le réseau. Toutes ces transformations font que le processus commence maintenant sur des pistes spécifiques. Dans le domaine de la production, nous assistons à une profonde réorganisation du travail, des processus et des systèmes d’entreprise. Tout cela accroît encore la portée du changement et esquisse de nouveaux scénarios. La « Transformation Numérique » (DX) est donc un événement qui va au-delà de la simple diffusion des technologies numériques. Ces derniers sont les outils des changements les plus profonds qui affectent à la fois la société et la productivité.

Transformation numérique

La Transformation Numérique est un processus qui est devenu partie intégrante de l’évolution technologique de nombreuses entreprises italiennes. Ce changement entraîne inévitablement des investissements considérables dans la mise en œuvre de ce que l’on appelle la troisième plate-forme : mobilité, grandes données, analyse, informatique en nuage et affaires sociales. Comme indiqué dans le Rapport Assintel 2019, selon cette perspective, même les petites et moyennes entreprises ont maintenant compris à quel point les TIC sont essentielles pour améliorer la compétitivité sur leur marché de référence.

Cette prise de conscience a conduit, bien sûr, à tester de nouveaux services ou produits qui ont totalement modifié leur offre, visant également à améliorer la relation avec les clients et à les fidéliser.

Comme vous pouvez le constater personnellement tous les jours, l’utilisation de différents types de technologies numériques, qui il y a quelques années était la prérogative d’un petit groupe d’entreprises de pointe, est devenue l’objectif normal d’amélioration de toute entreprise, tant privée que publique. Selon le rapport Assintel, en fait, ce qui paraissait autrefois de la science-fiction fait maintenant partie de la vie quotidienne. Les principaux investissements vont dans le sens de la robotique, de la réalité virtuelle et augmentée, de l’impression 3D. Cela découle de la nécessité de trouver de nouvelles façons d’améliorer leur efficacité en essayant de travailler comme toujours mais plus vite, plus satisfaisant et moins cher, en acceptant le défi du marché actuel.

Le Rapport Assintel 2019 continue de souligner comment cette transformation implique non seulement les entreprises qui se sont engagées sur la voie de l’innovation technologique, mais aussi le tissu conjonctif collatéral. Il s’agit du réseau de fournisseurs, de consultants, de partenaires privés ou institutionnels dont la distribution territoriale s’étend aussi bien au Nord qu’au Sud. Dans ce processus, le rôle des start-ups est fondamental pour la poursuite rapide de l’innovation en cours, tant pour les petites entreprises que pour celles déjà établies et bien structurées.

L’avenir des entreprises italiennes réside dans la variété et la qualité des services et technologies numériques proposés. En 2019, il sera nécessaire d’élargir l’offre globale des technologies de l’information car toutes les technologies et services numériques devront être plus efficaces, sans préjudice du facteur innovation. Le danger réside dans le fait que les plates-formes matérielles ne sont pas suffisamment mises en œuvre pour relever le défi. Les algorithmes appliqués à l’Intelligence Artificielle Intégrée, aux langages hétérogènes et à l’automatisation toujours plus poussée pourraient donc être ralentis par des langages et des environnements différents, créant un facteur de discontinuité.

Cloud Computing

Ces dernières années, le Cloud Computing est devenu de plus en plus important dans l’environnement des entreprises. Ce terme désigne, en fait, une nouvelle façon de faire des affaires, axée non pas sur l’achat d’un produit mais sur son utilisation à distance. Les services sont hébergés dans le nuage, des espaces non propriétaires situés sur Internet où sont stockées et archivées des ressources de toutes sortes. Le Cloud Computing est une réalité qui, même au niveau international, a trouvé jusqu’à présent plus d’emplois que toute autre chose dans les grandes entreprises. Récemment, cependant, la tendance a légèrement changé et elle se répand même parmi les plus petits, bien que dans ce cas, il y ait de plus en plus de prudence dans l’investissement dans les nouvelles technologies.

Selon de récentes études sectorielles, plus de 50 % des PME ont inclus ce poste dans leurs prévisions de dépenses pour 2019. C’est important car jusqu’à présent, le nuage avait toujours été utilisé en dessous de son potentiel, généralement uniquement pour le stockage de données. Au cours des cinq prochaines années, toutefois, les PME accorderont une plus grande importance au cloud en tant que valeur ajoutée pour leurs activités, le considérant comme un facteur irremplaçable pour l’entreprise.

En effet, selon le rapport Assintel, les entreprises ne sont plus disposées à investir uniquement et exclusivement dans les infrastructures TIC sans que cela corresponde à une évolution technologique du secteur dans son ensemble. Cela se traduit par l’utilisation d’importantes ressources économiques sur des technologies innovantes comme le Cloud, précisément, mais aussi la Robotique ou la Réalité Virtuelle Augmentée.

Les investissements prévus pour 2019 sont donc principalement orientés vers ce que l’on appelle les Accélérateurs d’Innovation et la Troisième Plate-forme, sous lesquels vous pouvez trouver un monde de services intégrés pour les entreprises. Du cloud aux médias sociaux, des grandes données à l’infrastructure mobile, ces ressources doivent pouvoir s’appuyer sur des technologies réseau performantes capables de garantir un fonctionnement 24 heures sur 24 sans interruption. Une entreprise qui au cours des quatre dernières années a déménagé, seulement en Italie, des milliards d’euros et pour l’avenir promet de faire de même. Pour le Cloud, en particulier, la tendance de 2019 est en hausse de 25% par rapport à l’année précédente avec une dépense estimée à 1,8 milliard d’euros. Des investissements seront réalisés, en particulier dans les infrastructures et les plates-formes.

Intelligence artificielle et informatique cognitive

Dans le contexte du développement du marché, l’intelligence artificielle (IA) et l’informatique cognitive deviendront de plus en plus importantes. L’objectif de ces deux domaines est l’analyse du contenu de grandes quantités de données structurées au moyen d’applications qui s’améliorent avec le temps en acquérant de l’expérience.

Cela se fait par le biais de systèmes et de plates-formes logicielles expressément développés pour progresser automatiquement à travers de multiples processus d’acquisition. En informatique cognitive et en intelligence artificielle, l’accès structuré aux données et le processus d’apprentissage profond et automatique sont donc fondamentaux. Les systèmes d’Intelligence Artificielle et d’Informatique Cognitive ont une large utilisation qui va de la gestion de l’information à l’adaptation des actions et/ou réponses à certains apports ou questions basés sur les connaissances acquises.

Ces processus auront également leur place dans les systèmes de prévention et de sécurité (système de renseignement et de prévention des menaces) ainsi que dans les systèmes industriels, de production et de distribution dans lesquels ils sont très souvent déjà actifs. Les systèmes analytiques qui seront basés sur l’intelligence artificielle et l’informatique cognitive permettront donc de recevoir des prévisions précises et des recommandations relatives aux différents types de décisions ou d’actions à entreprendre. L’objectif ultime est en fait de mettre en œuvre l’optimisation des processus dans le domaine du Customer Care, en approfondissant les connaissances des clients afin de concevoir de nouveaux modes d’interaction.

L’objectif premier de l’intelligence artificielle et de l’informatique cognitive est d’automatiser les technologies (matérielles et logicielles) afin qu’elles puissent être presque totalement exemptes d’intervention humaine. L’expérience acquise permet aux appareils d’exécuter automatiquement des processus et des activités plus ou moins complexes de manière entièrement automatique. Le développement à court terme de procédures d’intelligence artificielle et d’informatique cognitive se fera sur des systèmes basés sur la compréhension du langage naturel.

Les applications développées seront surtout utilisées dans le cadre du Service clientèle et permettront une meilleure interaction, un meilleur dialogue et un meilleur support pour les clients. Dans un premier temps, cette technologie peut être appliquée aux services de distribution ou à la simple gestion. Il en résultera l’automatisation d’activités également complexes mais essentiellement répétitives, qui seront ensuite transférées à d’autres réalités.

Internet des objets

Il s’agit d’un autre secteur en expansion pour les entreprises italiennes. Ce terme (IdO) désigne un type d’innovation qui comprend un ensemble de technologies permettant de connecter tout objet à Internet. Cela comprend, bien sûr, le transfert et le contrôle de l’information pour effectuer des actions connexes. L’Internet des objets devient de plus en plus populaire parce qu’il représente un nouveau secteur d’activité et que de nombreuses entreprises italiennes y voient un moyen concret d’élargir leur offre. Ce chiffre se réfère principalement aux grandes entreprises qui ont entrepris des projets axés sur l’IdO, ayant compris son plein potentiel. En particulier, 14% des entreprises concernées ont réalisé une étude de faisabilité et 7% ont mis en œuvre des projets pilotes et des activités réelles.

Toutefois, il y a encore peu de PME qui abordent réellement l’IdO et celles qui le font, pour l’instant, restent dans le domaine théorique avec uniquement des études de faisabilité. Ce qui motive l’investissement dans l’IdO, c’est certainement la capacité d’être compétitif, de réduire les coûts et de devenir plus efficace en termes de meilleure offre à ses clients, puis d’en acquérir de nouveaux.

Le fil conducteur qui relie les petites, moyennes et grandes entreprises à l’IdO est toutefois le souci de sécurité, puisqu’une étude a montré que 84 % des entreprises mondiales ont subi une tentative de violation. Pour que la tendance positive de l’utilisation de l’IdO augmente encore davantage, il est donc nécessaire que les méthodes de protection se développent en parallèle avec elle afin de lever les dernières réserves des différentes entreprises sur cette technologie.

Grandes données et analyses

Le terme Big Data, qui fait maintenant partie du jargon informatique courant, signifie l’énorme quantité de données et d’informations que chaque entreprise ou entité doit gérer chaque jour. Ce qui importe le plus aux entreprises, cependant, c’est comment analyser ces données pour les rendre utiles. Dans ce contexte, des outils technologiques de pointe capables de lire l’information en extrapolant les plus intéressants et économiquement significatifs sont fondamentaux.

En 2019, on s’attend donc à une forte croissance des logiciels de gestion de données, y compris les logiciels « Data Management Software », « Dynamic Data Management Systems », « Persuasive Content Management » et tout autre logiciel capable de synchroniser et partager des données. Cela signifie une augmentation inévitable des investissements dans ce domaine, à tel point qu’en 2019, on s’attend à une croissance de 17% par rapport à 2018.

En effet, chaque entreprise est de plus en plus orientée vers la gestion de l’information pour connaître les opinions et les goûts des clients afin de mieux moduler son offre et ses campagnes publicitaires, avec des économies de coûts significatives. Ce qui était autrefois la prérogative des grandes entreprises commence également à intéresser les PME. Ces derniers identifient les meilleures stratégies pour utiliser cette grande quantité d’informations.

Pensez qu’il y a seulement dix ans, des géants du Web comme Facebook, Amazon ou Google ont dû gérer un énorme volume de données, qui représentaient un véritable trésor pour extraire des informations précieuses. C’est pourquoi Facebook a pu utiliser les informations de chaque utilisateur individuel et leurs relations avec les autres pour réaliser des campagnes publicitaires ciblées. Un simple  » comme  » placé sur un seul produit ou commentaire et multiplié par des millions de personnes peut influencer de manière significative le développement d’une entreprise.

Espace de travail intelligent et numérique

La « Transformation Numérique » en cours dans les industries et les entreprises italiennes est en train de changer progressivement l’organisation du monde du travail de manière radicale. En effet, les entreprises modifient progressivement leur « modus operandi », tant en ce qui concerne la préparation des structures et des méthodes de travail, que les espaces et les environnements physiques qui les composent.

Smart Working and Digital Workspace permet aux gestionnaires et aux entrepreneurs de comprendre pleinement l’impact que les transformations numériques auront sur les ressources humaines et d’utiliser les diverses compétences et outils numériques dans leur travail aussi efficacement que possible.
La croissance des entreprises du thème Entreprise 4.0 devra se faire par l’innovation des différents processus et de l’ensemble du système d’approvisionnement.

Cela encouragera le développement et l’utilisation des différentes technologies numériques afin qu’elles puissent être réparties de manière égale et radicale. L’innovation nécessaire sera également soutenue au niveau de l’État par diverses mesures, telles que des incitations au renouvellement, des facilités de financement ou diverses mesures d’allégement fiscal.

L’ensemble de ces mesures contribuera à soutenir la croissance des entreprises dans le domaine numérique, mais surtout dans la culture de l’innovation dans un avenir proche. Cette innovation devra inclure des activités différenciées non seulement de recherche et développement, mais aussi et surtout de formation du personnel et, dans certains cas, des utilisateurs. Tout cela doit cependant être combiné avec l’adoption de politiques et d’outils de sécurité avancés capables de protéger les systèmes, en particulier les données et les informations.

Surtout en ce qui concerne ces derniers, l’adaptation doit être réalisée dans les plus brefs délais, car certains d’entre eux doivent déjà être accessibles depuis l’extérieur du cadre de l’entreprise. Tout cela permettra des politiques de travail nouvelles et agiles grâce à l’automatisation et à l’innovation des différents processus. Les types impliqués dans la transformation ne seront pas seulement de nature opérationnelle, mais concerneront également la prise de décision et les domaines stratégiques.

Nouvelle façon de travailler

Le processus de numérisation en cours implique non seulement la partie organisationnelle et exécutive des entreprises, mais aussi la partie gestion et logistique. La Transformation Numérique contribue en effet à modifier les méthodes de travail et à remodeler les espaces physiques et logiques des entreprises. En fait, à notre époque, bon nombre des activités de travail commencent à être moins liées à un lieu physique spécifique et à l’exécution d’heures rigides et prédéterminées. Cette transformation s’opère grâce à la possibilité d’accéder aux moyens, aux systèmes et aux informations de l’entreprise de partout et à tout moment.

Pour de nombreuses catégories d’employés, il y a donc la perspective concrète d’un emploi plus rationalisé et plus diversifié. Depuis plusieurs années, de nombreuses entreprises privées et même des organismes publics adoptent des méthodes (comme le télétravail) qui prévoient l’introduction de mesures nouvelles et flexibles. Ces initiatives, parfois promues et réglementées également au niveau législatif, permettent de combiner au mieux les besoins de la vie privée et professionnelle.

Quelles sont les perspectives pour l’Espace de travail numérique ?

Dans l’immédiat, on assiste à une expansion croissante du modèle de l’espace de travail numérique, qui remplacera progressivement le concept de poste de travail physique traditionnel ou d’utilisation exclusive. L’utilisation accrue des plates-formes numériques de communication et de cloud computing, ainsi que des outils de partage de l’information, permettra un accès meilleur et plus varié à l’information. L’utilisation de terminaux mobiles (tablettes, phablets, netbooks) et d’applications connexes augmentera de façon exponentielle la possibilité de travailler de n’importe où.

De cette façon, l’employé aura deux avantages indiscutables : le premier est la possibilité d’être reconnu et mesuré exclusivement par ce que l’on appelle les « systèmes pour objectifs ». Le second concerne le développement du dialogue et de la collaboration entre collègues, ainsi que l’innovation des processus et des environnements opérationnels. Smart Working and Digital Workspace offrira aux entreprises la possibilité de se concentrer davantage sur les indicateurs relatifs aux activités et à l’activité de l’entreprise, réduisant ainsi les problèmes de personnel interne.

Cette nouvelle façon d’optimiser les processus d’affaires permet une amélioration significative de la satisfaction des employés, grâce à une plus grande adaptabilité qui vous permet d’harmoniser la vie privée et le travail. Les plateformes de collaboration et de partage deviendront un canal important et fondamental pour la construction et la diffusion des connaissances parmi les personnes et les entreprises. Dans ce contexte, la révolution numérique continuera d’affecter à la fois l’ensemble de l’organisation de l’entreprise et les différents marchés. Cela conduira à leur transformation profonde et stimulera davantage la circulation des idées en conséquence du travail commun.

Entre en 2019 avec un département ICT externalisé

Dieffetech, avec son siège opérationnel à Lodi et son siège social à Milan, est en mesure d’offrir son département ICT en externalisation aux moyennes et grandes entreprises non seulement en Lombardie, mais aussi dans toute l’Italie. De nombreuses grandes entreprises ont créé avec nous leurs logiciels, applications et portails avec succès. Si vous souhaitez transformer votre entreprise et développer votre activité, contactez-nous dès aujourd’hui.

f }