L’Éthiopien bat le record du monde de course à pied à plus de 10 000 mètres

L’Éthiopien Almaz Ayana a remporté l’or sur 10 000 mètres avec un incroyable record mondial aux Jeux olympiques. La quintuple championne du monde a clairement battu Junxia Wang en 29:31.78 minutes en 29:17.45 minutes, vendredi, au début des compétitions d’athlétisme à Rio de Janeiro.

La Kenyane Vivian Cheruiyot a remporté la médaille d’argent en 29:32,53 minutes devant Tirunesh Dibaba (29:42,56), qui avait remporté les deux derniers matches à Londres. Un coureur allemand n’était pas au départ.

Les faits les plus importants sur l’Olympia 2016 à Rio

L’ancien record de la Junxia Wang chinoise de 1993 était considéré comme difficile à battre et, comme presque toutes les meilleures performances sur les pistes de course féminines, provenait de l’ère du dopage de haut niveau, de l’utilisation incontrôlée de moyens améliorant les performances, que les milieux sportifs appellent l’ère du haut dopage. Wang faisait partie du groupe de l’entraîneur Ma Junren, qui est apparu sur les pistes de course en 1993, a remporté les titres de champion du monde sur moyennes et longues distances et a battu les records du monde correspondants dans le sol.

« Mas Army », comme on appelait les coureurs en raison de leur synchronisme monotone, accompagnait toujours une suspicion de dopage. Selon les recherches du journaliste chinois Zhao Yu, l’entraîneur Ma Junren se serait lui-même injecté des substances interdites. Les femmes ont dit que leurs voix avaient changé et qu’elles avaient cessé d’avoir leurs règles.

L’entraîneur, cependant, a assuré qu’il n’avait fait en sorte que les filles paysannes auparavant inconnues s’adaptent avec un entraînement dur et du sang de tortue. Lorsque six de ses athlètes ont quitté l’équipe olympique chinoise pour des analyses sanguines suspectes avant les Jeux de Sydney en 2000, le spectre était passé.

Sport / par
f }