Le sermon du frère Antón Montesino

En décembre 1511, quatrième dimanche de l’Avent, il monta à la chaire de l’église dominicaine d’Hispaniola (Santo Domingo) Fray Antón Montesino pour prononcer un sermon mémorable, qui allait devenir l’une des premières et des plus radicales dénonciations des abus de la conquête espagnole en Abya-Yala et un précédent de la pensée libératrice latino américaine. Bartolomé de Las Casas, qui recueille la substance de la prédication et les réactions à celle-ci dans le troisième livre de son Histoire des Indes (volume II, M. Aguilar, Madrid, sans date, pages 385-395).

Le sermon a été préparé par tous les membres de la communauté de Saint-Domingue, qui l’ont signé de leur propre écriture pour attester de la paternité collective et de la pertinence d’un oratoire aussi décisif. Les dominicains l’avaient préparée consciencieusement à partir de leurs propres enquêtes sur la « dure et grossière captivité » à laquelle les encomenderos espagnols soumettaient les Indiens dans les mines d’or et autres fermes, et après avoir entendu de nombreux témoignages sur « l’injustice tyrannique » et les « atrocités » contre les indigènes, traités comme des animaux « sans compassion ni douceur », et « sans miséricorde ni pitié », selon la description de Las Casas. Après une telle analyse consciencieuse de la réalité, ils ont accepté de dénoncer en chaire le régime encomienda comme contraire à « la loi divine, naturelle et humaine ».

Antón Montesino, l’un des premiers dominicains à arriver sur l’île, un prédicateur célèbre, un homme de lettres, très courageux, « aspersif à réprimander les vices », « très en colère dans ses paroles » et « très efficace dans ses fruits ». Le temple débordait. Les principales autorités coloniales occupent les premières positions, parmi lesquelles l’amiral Diego de Colón, fils du conquérant. Le clerc Bartolomé de Las Casas, en sa qualité d’encomendero, était également présent. Devant un public aussi qualifié, le prédicateur n’avait pas un cheveu sur la langue et parlait ainsi :

« La voix de celui qui pleure dans le désert. Vous êtes tous dans le péché mortel et vous y vivez et mourez, à cause de la cruauté et de la tyrannie que vous utilisez avec ces gens innocents. De quel droit et de quelle justice avez-vous ces Indiens dans une servitude si cruelle et si horrible ? par quelle autorité avez-vous fait des guerres si odieuses à ces gens qui étaient sur leurs terres paisibles et paisibles, où vous avez consommé tant d’entre eux, avec des morts et des ravages jamais entendus, ? Comment se fait-il qu’ils soient si opprimés et fatigués, sans nourriture dallahs ou curallos dans leurs maladies, que du travail excessif que vous leur donnez ils s’engagent et meurent à vous, et mieux vaut dire que vous les tuez, pour sortir et acquérir de l’or chaque jour ? Et quel soin prenez-vous de celui qui doctrine et connaît son Dieu et son créateur, qui est baptisé, qui entend la messe, qui célèbre les fêtes et les dimanches, qui ne sont pas des hommes, qui ne sont pas obligés d’amallos comme vous, qui ne comprenez pas cela, qui ne le ressentez pas ? comment êtes-vous dans ce sommeil si profond, si léthargique, endormi ? Soyez assurés que dans l’état où vous vous trouvez, vous ne pouvez vous sauver que les Maures ou les Turcs qui manquent et ne veulent pas croire en Jésus Christ.

Après la messe, Diego de Colón et les officiers royaux se sont rendus au couvent des Dominicains pour réprimander le prédicateur pour le scandale semé dans la ville, l’accuser de « déserter » le roi et lui demander de se retirer en public le dimanche suivant. Sept jours plus tard, Frère Antón Montesino retourna à la chaire et, loin de se renier, il ratifia les dénonciations et affirma que les encomenderos ne pourraient être sauvés s’ils ne libéraient pas les Indiens et qu’ils iraient tous en enfer s’ils persistaient dans leur attitude abusive. Le sermon provoqua encore plus d’agitation que le dimanche précédent, et les officiers royaux envoyèrent des lettres de protestation contre les frères au roi.

Frère Antón Montesino fut envoyé en Espagne pour rendre compte de son sermon au roi. Après de nombreux obstacles, il réussit à rencontrer l’ancien monarque, à qui il exposa un long mémorial des griefs des conquérants contre les Indiens : faire la guerre aux peuples pacifiques et doux, entrer dans leurs maisons et prendre leurs femmes, filles, fils et domaines, les couper en deux, faire des paris sur qui se coupe la tête, les brûler vivants, leur imposer du travail forcé dans les mines, etc.

Ce sermon n’est pas tombé sur un sac cassé. Elle a marqué le début de la libération du christianisme, de la reconnaissance de la dignité des Indiens et du respect de la diversité culturelle et religieuse en Amérique. C’était aussi la semence de la théologie de la libération. Trois ans plus tard, Bartolomé de Las Casas démissionne de son rôle d’encomendero, devient le défenseur des droits des Indiens et, selon Fernández Buey, l’initiateur de la variante latine de la philosophie européenne de l’altérité et de la tolérance.

f }