Le plus ancien fossile humain découvert en Ethiopie

La race humaine était déjà apparue en Afrique de l’Est il y a 2,8 millions d’années, selon un ancien fragment de mâchoire découvert en Ethiopie. Le fossile, long de huit centimètres et doté de cinq dents incrustées, est le plus ancien vestige humain retrouvé à ce jour et dépasse le deuxième en près d’un demi-million d’années. Sa découverte clarifie ce qui s’est passé dans une période cruciale de l’histoire humaine, mais qui est mal connu en raison de la rareté des fossiles.

 

Les résultats de la recherche, présentés dans la revue Science, indiquent que le genre Homo est probablement issu de l’espèce Australopithecus afarensis à laquelle appartient l’emblématique Lucy. Ils suggèrent également que c’est le changement climatique qui a conduit à l’émergence de l’humanité en Afrique de l’Est. Ce changement climatique a réduit les forêts et étendu les plaines arides, de sorte que les premiers humains ont évolué dans un environnement similaire à celui du Serengeti actuel.

 

Une deuxième étude, présentée dans le magazine Nature, a reconstitué la tête d’un Homo habilis qui vivait il y a 1,8 million d’années dans ce qui est maintenant la Tanzanie. La reconstruction fournit des données supplémentaires pour comprendre le premier million d’années de l’histoire humaine. Il montre que l’Homo habilis combinait une mâchoire primitive semblable à celle des Australopithèques avec un crâne plus moderne, plus grand qu’on ne le croyait auparavant, de sorte que l’augmentation de la taille du cerveau apparaît comme un des changements fondamentaux qui guidèrent l’évolution humaine.

 

Le plus ancien fossile humain a été trouvé dans la région d’Afar, dans l’est de l’Ethiopie, à quelques kilomètres seulement de l’endroit où le squelette de Lucy a été découvert il y a quarante ans. Il est apparu le 29 janvier 2013 lors d’une campagne de fouilles dans la région de Ledi-Geraru. Une équipe internationale de paléoanthropologues dirigée par Kaye Reed de l’Arizona State University (USA) l’étudie depuis deux ans.

 

Ce n’est que la moitié gauche de la mâchoire, si peu de choses sont connues sur son propriétaire

Il n’a pas été possible de déterminer s’il était un homme ou une femme, ni quel âge il avait, ni à quoi ressemblait le reste de son visage ou de son corps. On en sait si peu sur lui que ses découvreurs se sont abstenus de définir une espèce pour la classer.

Mais le fossile combine les caractéristiques d’espèces antérieures d’australopithèques et d’espèces humaines ultérieures. De l’australopitecos il conserve surtout la forme de la mâchoire. Chez l’homme, il a déjà la forme des dents, ainsi que certains détails de la mâchoire. Ces caractéristiques sont suffisantes, selon leurs découvreurs, pour attribuer le fossile au genre Homo.

Le plus ancien fossile humain identifié à ce jour est une mâchoire vieille de 2,35 millions d’années trouvée en 1994 dans la région de Hadar, également en Ethiopie. La mâchoire maintenant décrite prolonge donc de près d’un demi-million d’années l’histoire fossile du genre Homo.

S’il correspondait à une espèce intermédiaire entre l’Australopithecus afarensis et plus tard les humains comme l’Homo habilis, on peut en déduire qu’il devait maintenant être parfaitement bipède, qu’il mesurait environ 1,20 m et avait un cerveau d’environ un demi litre (un peu plus grand que celui d’un chimpanzé mais moins de la moitié du notre).

Le lieu où il a vécu peut également être déduit des plus de 600 fossiles d’autres espèces trouvés à côté de sa mâchoire, ainsi que des sédiments géologiques de la région. Les restes d’herbivores typiques de la savane comme les antilopes et les éléphants préhistoriques abondent, ainsi que des animaux aquatiques comme les crocodiles, les hippopotames et les poissons. Il y a aussi les sédiments d’un grand lac dans lequel les rivières se sont écoulées et vers lequel les premiers humains ont dû aller pour boire. Au contraire, il n’y a pas de restes fossiles d’arbres.

Il s’agissait donc d’un écosystème de prairies et de garrigues, plus aride que l’environnement arboré qui avait dominé l’Afrique de l’Est dans le passé et dans lequel avaient vécu les Australopithecines précédentes. « Ce résultat « fournit des preuves suggestives de la relation entre l’origine du genre Homo et les habitats ouverts associés à l’aridification de l’Afrique », écrivent les chercheurs dans Science. Un autre argument en faveur de cette hypothèse est que le changement climatique de l’époque en Afrique de l’Est a entraîné un renouvellement à grande échelle des espèces.

L’Homo habilis qui a vécu un million d’années plus tard en Tanzanie et dont le crâne a maintenant été reconstruit était probablement un descendant direct de ces premiers humains des prairies éthiopiennes. Les restes de l’Homo habilis ont été découverts en 1964, mais ils étaient si cassés et déformés que les paléoanthropologues ont passé 50 ans à débattre de leur forme originale. Pour clore le débat, une équipe scientifique a maintenant examiné les fossiles à l’aide d’un tomodensitogramme tel que celui utilisé pour le diagnostic médical ; par la suite, les données ont été traitées par ordinateur et la tête a été reconstruite avec la technologie d’imagerie 3D.

Les résultats montrent que l’Homo habilis tanzanien avait encore des traits australopithèques sur la mâchoire mais avait déjà un crâne humain. La recherche, dirigée par Fred Spoor du Max Planck Institute of Evolutionary Biology en Allemagne et de l’University College de Londres, conclut également que les restes d’il y a 2,35 millions d’années trouvés en Ethiopie en 1994 ne sont pas d’Homo habilis comme certains paléoanthropologues l’ont affirmé.

Dans l’ensemble, la découverte du premier fossile humain et la reconstruction de la tête de l’Homo habilis réarrangent les pièces de l’arbre de l’évolution humaine. Ses résultats clarifient ce qui s’est passé dans la période critique entre deux et trois millions d’années.

Dans la grande famille des australopithèques, l’espèce Australopithecus afarensis apparaît comme l’ancêtre le plus probable de l’humanité. En revanche, les espèces Australopithecus garhi et Australopithecus sediba, qui avaient été présentées comme candidates potentielles, semblent trop récentes pour être des ancêtres humains directs. Par conséquent, ils sont relégués à des branches de l’évolution qui se sont éteintes sans progéniture.

Dans la famille des espèces humaines, les trois espèces qui vivaient ensemble en Afrique il y a près de deux millions d’années (Homo habilis, Homo rudolfensis et Homo erectus) semblent toutes issues de la première population pionnière à laquelle la mâchoire de l’Ethiopie correspond. Entre les deux, les vestiges de 2,35 millions d’années se situent comme un lien intermédiaire, correspondant à une espèce non encore définie.

f }