Le nombre de la population mondiale va atteindre son maximum en 2070

 

Le vieillissement de la société est sous-estimé. La croissance de la population mondiale s’arrêtera avant la fin de ce siècle.

Selon le magazine scientifique britannique « Nature », la probabilité d’un arrêt de croissance est de 85 pour cent. Il y a actuellement environ 6,1 milliards de personnes qui vivent sur Terre, et près de 80 millions d’autres s’y ajoutent chaque année. Wolfgang Lutz, de l’Institut international pour l’analyse des systèmes appliqués de Laxenburg près de Vienne, assure que, pour la première fois, la croissance démographique devrait toutefois s’arrêter.

Dans son étude publiée récemment, Lutz précise les méthodes de prévision de l’évolution démographique et calcule pour la première fois les probabilités pour certains scénarios. Ainsi, avec une probabilité de 15 pour cent, le nombre de personnes en 2100 sera déjà plus faible qu’aujourd’hui. Et avec une probabilité de 60 pour cent, la population mondiale ne dépassera pas les dix milliards.

Lutz estime que la population mondiale augmentera d’environ trois milliards de personnes avant d’atteindre son maximum entre 2070 et 2080. Le nombre d’enfants par femme dans le monde sera alors tombé en dessous du niveau dit de remplacement, et la population mondiale diminuera lentement. Une fois ce point atteint, ce processus ne s’inversera pas dans un avenir prévisible, affirme M. Lutz. Jusqu’à présent, il n’y a pas eu de pays où le nombre d’habitants a soudainement augmenté de nouveau après un déclin de la population. La seule exception est l’Iran, où les programmes de planification familiale ont été temporairement abolis.

Le déclin de la population mondiale est associé au vieillissement de la société. La proportion des plus de 60 ans passera de 10 % aujourd’hui à 22 % en 2050. Au Japon, la moitié de la population aura plus de 60 ans. Même en Afrique subsaharienne, une proportion plus élevée de personnes âgées vivront dans un siècle qu’en Europe aujourd’hui. Le vieillissement de la société a toujours été sous-estimé dans les études antérieures sur le développement démographique, dit Lutz.

À l’avenir, il sera important de compenser la baisse du taux de natalité dans une société vieillissante en augmentant la productivité. Lutz : La question clé est de savoir si une société avec une forte proportion de personnes âgées peut concurrencer une société plus jeune et développer et utiliser les nouvelles technologies aussi rapidement et aussi bien.

f }