La signification de bronchite chronique, emphysème et la MPOC

Maladie pulmonaire obstructive chronique.

Que sont la bronchite chronique, l’emphysème et la MPOC ?

La bronchite chronique est l’inflammation chronique des bronches, avec toux et expectoration habituelle, l’emphysème étant la destruction des tissus pulmonaires.

 

La MPOC (maladie pulmonaire obstructive chronique) est une maladie respiratoire chronique caractérisée par une obstruction des voies respiratoires. Elle est la conséquence de différentes maladies respiratoires chroniques, telles que la bronchite chronique, l’emphysème, l’asthme bronchique chronique sévère et la bronchiectasie.

 

La MPOC est donc une maladie inflammatoire chronique des poumons qui cause une inflammation des bronches, un excès de mucus et des lésions aux tissus pulmonaires. Les principaux symptômes sont la toux et l’essoufflement (fatigue, suffocation ou difficulté à respirer). Le tabagisme est la principale cause de cette maladie.

 

La MPOC est un problème majeur de santé publique parce qu’elle affecte de nombreuses personnes, entraîne de nombreuses pertes d’heures de travail et réduit considérablement l’espérance de vie.

Quelles sont les causes de la MPOC ?

 

Le tabac est la cause la plus importante de la MPOC. D’autres facteurs contributifs sont la pollution de l’air, le travail dans des environnements poussiéreux, les allergies et les infections respiratoires. La gravité de la maladie dépend de la quantité de cigarettes que vous fumez et depuis quand vous fumez.

D’intérêt

Nous vous recommandons de lire quelques articles connexes :

  •     Bronchite aiguë
  •     Cancer du poumon
  •     Pneumonie
  •     Inhalateurs
  •     Angine de poitrine

Accro à la nicotine ?

Fumez-vous trop ? Faites notre test et voyez à quel point vous êtes accro à la nicotine.

 

S’agit-il d’une maladie héréditaire ?

Ce ne sont pas tous les fumeurs qui développent la MPOC (seulement environ 15 %). Cela indique qu’il existe des facteurs constitutionnels qui prédisposent à la maladie. En fait, il est courant de trouver plusieurs cas dans une même famille. Le message est le suivant : ne fumez pas, mais si votre père souffrait de bronches, encore moins si votre père en souffrait.

 

Le déficit en alpha-1-antitrypsine est une maladie héréditaire rare qui prédispose aux maladies graves des poumons et du foie. Les personnes atteintes d’un déficit en alpha-1 ATT développent rapidement un emphysème grave si elles fument, et peuvent devenir invalides dès l’âge de 35 à 40 ans.

Quels sont les symptômes de la maladie ?

  •     Vous toussez, habituellement tous les jours.
  •     Parfois, la toux est irritante, avec des expectorations épaisses et collantes qui sont difficiles à expectorer.
  •     La dyspnée, l’essoufflement, est le symptôme le plus caractéristique et le plus inquiétant.

Quelles mesures puis-je prendre ?

 

Arrêtez de fumer. Il n’est jamais trop tard. Le plus tôt sera le mieux, car moins de dommages aux poumons seront causés. Surtout s’il y a d’autres cas de MPOC dans la famille.

Si vous êtes déficient en alpha-1ATT (confirmé par un test sanguin), vous ne devriez jamais fumer.

Éviter les environnements chargés et contaminés (barres, etc.).

Traitement précoce du rhume et de la bronchite.

Faites-vous vacciner contre la grippe.

Garder du poids, ni trop gras, ni trop maigre.

 

Comment les médecins diagnostiquent-ils la MPOC ?

D’après les symptômes et l’examen physique, le diagnostic peut être suspecté, mais il existe de nombreuses autres maladies cardiaques ou respiratoires avec des symptômes similaires. Par conséquent, des radiographies pulmonaires, des examens respiratoires fonctionnels (spirométrie, etc.), des électrocardiogrammes et des analyses sanguines sont habituellement nécessaires pour confirmer le diagnostic et évaluer la gravité de la maladie.

Comment puis-je améliorer ma qualité de vie ?

La MPOC est incurable, d’où l’importance de la prévention. La chose la plus importante à faire est d’arrêter de fumer. Si vous vivez dans des endroits très pollués ou très humides, ou si les conditions de travail sont nocives pour vos poumons, vous devriez envisager de changer d’emploi ou de résidence. Il existe aussi des médicaments qui réduisent les symptômes (bronchodilatateurs – généralement administrés par inhalateur), l’oxygène, etc. qui contribuent grandement à améliorer la qualité de vie. Si vous êtes un jeune (<50 ans) et que vous avez une MPOC avancée, vous pourriez être candidat à une transplantation pulmonaire.

 

Si vous souffrez d’un déficit en alpha-1 ATT, les médecins vous donneront cette substance par voie intraveineuse pour prévenir la progression de la maladie.

Est-il important de rester actif et de faire de l’exercice ?

 

Oui, l’exercice régulier améliore la dyspnée et l’état général.

Des recommandations diététiques ?

Maintenez votre poids. Le gain de poids augmente la dyspnée. Être trop mince n’est pas bon non plus, parce que vous perdez la masse musculaire de tous les muscles, y compris le diaphragme (le muscle respiratoire principal). Évitez la déshydratation, qui rend le mucus plus épais et difficile à expectorer.

Quel est le pronostic ?

Cesser de fumer peut ralentir la progression de la maladie. Toutefois, les dommages déjà constatés ne peuvent être réparés. La maladie réduit l’espérance de vie. De plus, dans les dernières années de la maladie, la qualité de vie est mauvaise.

Dr Carl J. Brandt, directeur médical international et cofondateur de NetDoctor ; Dr Finn Rasmussen, médecin généraliste ; Dr Dan Rutherford, médecin généraliste.

f }