La piqûre de scorpion n’est pas mortelle

 

Ces animaux, facilement identifiables par leur corps robuste, leurs quatre paires de pattes, leurs griffes fortes et leur abdomen terminé par un dard vénéneux, ne sont représentés dans la communauté andalouse que par deux espèces : le scorpion jaune et le scorpion noir, plus petits, de couleur brun noir et plus rares à trouver. Le premier d’entre eux vit dans des endroits secs et caillouteux et a des habitudes nocturnes ; pendant la journée il est situé sous les pierres. Le scorpion noir, par contre, est plus typique des zones humides et peut être trouvé à l’extérieur pendant la journée. Normalement, les rencontres et les contacts avec ces invertébrés sont rares et se produisent lors du levage de pierres ou de la manipulation de leurs cachettes. Dans ces cas-là, ils peuvent réagir défensivement en nous enfonçant leur dard et en injectant leur venin. La morsure du scorpion est très douloureuse et produit des effets pathologiques, mais elle n’est pas mortelle. Le scorpion noir est moins agressif que le scorpion jaune, et sa morsure a peu d’effet. Les symptômes, en plus de la douleur intense causée par la morsure, sont une rougeur et un noircissement de la peau. Dans certains cas, des convulsions peuvent survenir ; et très, très exceptionnellement, les personnes allergiques à ce poison peuvent s’effondrer. Quant aux soins immédiats à prodiguer à ceux qui ont subi une morsure de scorpion, la première chose à faire est de laver la plaie avec du peroxyde d’hydrogène ou une solution de permanganate ; ne jamais appliquer d’alcool ou d’ammoniaque. Et pour prévenir les réactions locales, appliquez un antihistaminique. Il est également bon de nettoyer la zone affectée avec un antiseptique, mais si possible, il ne doit pas être coloré. Cependant, en dehors de ces premières cures, il est conseillé de transférer la personne piquée dans un centre de santé, surtout si la personne affectée est un jeune enfant.

f }