James Dean

 

James Dean dans une Porsche 550 Spyder

 

Décès dans l’après-midi : James Dean au volant de la Porsche 550 Spyder, dans laquelle il a eu un accident le 30 septembre 1955. A côté de lui, Rolf Wütherich.

Il y a 60 ans, James Dean est mort dans un accident de Porsche. À ce jour, la question de la culpabilité n’a toujours pas été réglée. Une reconstruction.

Le jour où Donald Turnupseed est entré dans l’histoire est décrit comme la fin de l’été. Le ciel était clair, le soleil était déjà bas en cet après-midi du 30 septembre 1955, Turnupseed, étudiant, 23 ans, était assis au volant de sa Ford Tudor accordée ce jour-là. « La route ressemblait à un ruban gris qui coupait un paysage uniforme », dira plus tard le mécanicien allemand Rolf Wütherich, que le seul changement sur la route de Salinas était une station-service et un petit magasin.

Là, lui et l’acteur de 24 ans James Dean, assis au volant de la Porsche 550 Spyder argentée, ont pris une tasse de café. L’heure : 17 h 30 Puis Dean avait une demi-heure à vivre. Exactement à 17h59 et dix secondes, à l’intersection des autoroutes 41 et 46 à Cholame, Turnupseed tourne à gauche dans sa Ford deux tons. Il ne voit pas la Porsche qui arrive.

 

James Dean

Damné pour l’éternité

 

James Dean est mort il y a 50 ans et Rolf Wütherich, qui a été déprimé après l’accident et qui est mort dans un accident, s’est assis à côté de lui dans une Porsche.   Martin Zips

La route 46 est alors en ligne droite comme un dé en direction de l’ouest-est et ceux qui se dirigent vers la côte du Pacifique regardent directement vers le soleil. La lumière scintillante, telle qu’elle a été reconstruite par la suite, aurait pu aveugler Dean, sinon il aurait vu la Ford des années 1950 tourner soudainement plus tôt. Et si l’étudiant Turnupseed a négligé la petite voiture argentée parce que Dean n’a pas allumé les lumières au crépuscule ne sera jamais clarifié non plus. Le fait est que : La Ford frappe la Porsche avec toute sa force au niveau de la portière et la jette hors de la route.

« Petit bâtard » – voiture et chauffeur correspondant au surnom.

James Dean et son copilote Wütherich étaient en route pour Salinas, où Dean voulait participer à une course automobile. A peine une semaine avant le voyage fatidique, il avait donné sa Porsche 356 Speedster en paiement, mis 7000 dollars et acheté la 550 Spyder – une voiture de course biplace avec homologation routière, en aluminium, légère de 550 kg, tirée par un boxeur quatre cylindres de 1,5 litre refroidi par air avec 110 ch, 220 km/h de vitesse. Porsche n’en a construit que 115, aujourd’hui la valeur est d’environ 2,5 millions d’euros.

Les biographies sur les grandes légendes tournent souvent mal. Mais dans « Life », le réalisateur Anton Corbijn utilise un bon truc – et ne se contente pas de parler de James Dean.

Sur le capot de la Dean Porsche se trouvait le numéro 130, à l’arrière le surnom de « Little Bastard », que Bill Hickman, le coach de dialogue de Dean, lui avait donné pendant le tournage de « Giants ». Wütherich et Dean n’étaient pas seuls sur la route de Cholame. Hickman et le photographe Sandy Roth, qui ont travaillé sur un reportage photo sur l’acteur, ont suivi avec une certaine distance. « Little Bastard » aurait également été un nom approprié pour la voiture elle-même, car la 550 était considérée comme une machine de conduite extrêmement toxique.

Sport / par
f }