Il ne manque que les preuves statistiques

 

ZEIT ONLINE : Parmi les influences sur les tempêtes tropicales que les météorologues mentionnent à maintes reprises, mentionnons le courant-jet et les phénomènes météorologiques El Niño et La Niña. Reconnaissez-vous des particularités dans la courbe qui sont liées à de telles constellations météorologiques globales ?

Letchford : Les ouragans suivent clairement un cycle annuel. En outre, il semble également y avoir un cycle de dix à douze ans en termes de fréquence. Cela pourrait être lié à l’activité solaire. Selon que les signes globaux ressemblent davantage à El Niño ou à La Niña, les conditions de pression atmosphérique et les courants atmosphériques au-dessus du continent américain changent, donnant la direction aux ouragans. Qu’un tel cyclone, qui provient toujours d’une zone de basse pression au-dessus de la mer, se déplace vers le nord en direction du golfe du Mexique, de la côte atlantique américaine ou complètement au-delà de la terre, dépend de l’endroit où une zone de haute pression le distrait.

Intensité des tempêtes sur les côtes de l’Atlantique et du golfe du Mexique aux États-Unis

HEURE EN LIGNE : Le deuxième graphique montre l’intensité des ouragans au cours des 50 dernières années en utilisant l’indice ACE utilisé par la National Oceanographic and Atmospheric Administration (NOAA) des États-Unis. L’abréviation signifie « Accumulated Cyclone Energy ». Comment l’indice est-il créé et que dit-il ?

Letchford : C’est une mesure de l’énergie et donc de la puissance destructrice d’un ouragan. Les dommages causés par une tempête tropicale dépendent de la vitesse de ses rafales les plus rapides et des ondes de tempête qu’elle provoque. Un ouragan peut pousser de grandes quantités d’eau de mer à l’intérieur d’un pays par des rafales de vent. Ces facteurs peuvent être liés à l’énergie cinétique. L’indice ACE calcule tous ces paramètres et d’autres paramètres en relation avec la vie d’un ouragan ou d’une saison entière. Il en résulte une valeur pour le potentiel de dommages.

ZEIT ONLINE : Si vous regardez les barres orange de notre graphique, à première vue, il semble que les tempêtes soient devenues plus fréquentes en moyenne…

Letchford : …. et je dois le souligner encore une fois : Les données ne sont pas suffisantes pour dégager une tendance.

ZEIT ONLINE : Ce qu’il ne faut pas mal comprendre, n’est-ce pas ? Ce n’est pas parce que le lien entre le réchauffement climatique et les tempêtes tropicales n’ont pas encore été statistiquement prouvées que les chercheurs supposent néanmoins qu’il existe.

Letchford : C’est exact. Les modèles climatiques prédisent un tel développement et il est également prévisible, d’après tout ce que nous savons sur notre atmosphère, les océans, le soleil, les gaz à effet de serre et les phénomènes météorologiques et climatiques mondiaux. Ce n’est qu’en attendant d’avoir statistiquement plus de certitude qu’il faudra encore attendre au moins jusqu’en 2050. Je suppose qu’en 2100, nous serons en mesure de répondre à cette question. Toute porte à croire que le changement climatique a une influence sur les tempêtes tropicales. La seule chose qui manque, c’est une preuve statistique.

f }