École numérique et innovation technologique

« Les expressions « société de l’information », « économie du savoir », « numérisation », « entreprise 4.0 », « internet des objets », etc. tendent à être utilisées dans les discours sur les développements les plus récents de la société et de l’économie ». (Rapport sur la connaissance 2018, Economie et société, ISTAT). Ce scénario socio-économique et technologique mondial de plus en plus complexe déclenche des changements radicaux dans l’ensemble de la société et ouvre des scénarios impensables qui exigent de nouvelles compétences pour renforcer la compétitivité internationale du pays et offrir des perspectives concrètes d’accès à un monde du travail en pleine mutation. Nous en avons parlé dans le numéro de mai de Tuttoscuola dans un dossier approfondi.

L’innovation technologique, qui évolue si rapidement qu’elle perturbe le potentiel de la technologie numérique, est un défi et une opportunité pour les écoles qui, pour diverses raisons, voyagent à un rythme d’innovation inférieur à celui de la société, de saisir ces nouvelles opportunités et de structurer les compétences numériques dans le système scolaire. Les idées, les connaissances et la culture disséminées sur l’ensemble du territoire sont le terreau fertile pour le développement de l’innovation technologique. Cette question est aussi urgente que vaste et complexe. Elle exige une stratégie raisonnée pour prévenir les attitudes de soutien prudent, les hostufs, les simplificateurs. En fait, le numérique produit des polémiques cycliques, des contrastes, de longues discussions qui ont ensuite une incidence négative sur le moment et les modalités de son introduction dans les écoles. Si l’innovation technologique frappe le monde de l’école, est-ce que ces questions reçoivent l’attention qu’elles méritent ? Quel genre d’approche voyons-nous ? Existe-t-il ou se limite-t-il aux déclarations publiques et aux positions des innovateurs ?

Au-delà des présentations, des conférences et de l’action sociale, nous pouvons voir et vérifier la présence répandue d’enseignants qui travaillent au quotidien avec le numérique pour accompagner l’entrée du système scolaire dans un monde déjà numérisé, dans tous les aspects de la vie.

Le MIUR a abordé la question en promouvant le Plan national de l’école numérique, qui décrit la stratégie globale visant à améliorer le positionnement du système éducatif à l’ère numérique.Le monde scolaire aborde ce nouveau paradigme en essayant de comprendre comment tirer le meilleur parti des technologies émergentes, comment promouvoir l’utilisation consciente des dispositifs technologiques avec la possibilité d’étendre les environnements d’apprentissage.

Dans ce dossier, nous tenterons de faire le point de la situation après deux ans et demi de lancement et de mise en œuvre du Plan national d’école numérique du MIUR. Carmela Palumbo, chef du département de programmation des ressources humaines, financières et instrumentales du ministère de l’Éducation, de l’Université et de la Recherche, commente : « Le Plan national d’école numérique est une toute nouvelle façon de planifier les activités pluriannuelles du ministère de l’Éducation, de l’Université et de la Recherche, qui a affecté le secteur clé de l’innovation pédagogique dans son ensemble. En termes de mise en œuvre, sans vouloir indiquer de pourcentages, nous pouvons dire que toutes les actions les plus importantes ont été prises et, dans de nombreux cas, réalisées. Il est évidemment plus complexe d’évaluer le PNSD en termes d’impact, c’est-à-dire son impact réel sur les pratiques pédagogiques « .

« Les difficultés que l’école rencontre – poursuit le directeur général Palumbo – ne sont pas tant liées à l’acquisition de nouvelles technologies, mais plutôt à la difficulté, ou plutôt à la délicatesse, du processus d’innovation qui concerne les méthodologies et les contenus « consolidés » et « testés ». Même si l’école est sur une nouvelle voie, elle doit toujours viser la pleine réussite scolaire des élèves, sans interruption ».

f }