Conseils pour réussir l’examen pratique de conduite

La sagesse populaire dit que de la théorie à la pratique, il y a toujours un pas. La difficulté d’appliquer les connaissances théoriques apparaît dans tous les domaines de la vie, depuis la naissance d’un enfant jusqu’à la recherche d’un emploi. En ce sens, le défi d’obtenir un permis de conduire ne fait pas exception. Si pour certains étudiants, l’examen théorique pose déjà des problèmes, il est généralement encore plus compliqué lorsqu’il s’agit de l’examen pratique. La pression de la surmonter après de nombreuses heures à l’auto-école influence généralement le moment de l’examen. Cependant, il doit être clair qu’avec une bonne préparation, théorique et pratique, le parcours n’a pas à présenter d’événement imprévu.

En fait, il y a un certain nombre de questions clés (les arrêts ou les stationnements, par exemple) qui assurent le succès si nous les réglons bien. Dans ce billet, nous mettons l’accent sur 10 aspects fondamentaux de la pratique du permis de conduire. Si vous les prenez en compte et prévenez les erreurs de conduite à l’école, vous avez déjà votre permis de conduire en poche, quelles astuces avez-vous utilisées pour vous détendre et éviter les distractions de dernière minute ? comment avez-vous vécu le jour de l’examen ? partagez votre expérience avec nous dans un commentaire ! Oh, et n’oubliez pas, vous pouvez financer votre formation routière avec une bourse pour votre permis de conduire.

Regardez bien les obstacles, est-ce que vous rencontrez un obstacle dans votre voie ?

  • Assurez-vous de vérifier que personne ne se trouve face à face et commencez à franchir les obstacles. Un conseil : gardez une distance d’environ 20 mètres et signalez toujours la manœuvre.
  • Attention aux changements de voie. Si vous devez changer de voie, vous pouvez suivre la manœuvre de sécurité RSM. C’est-à-dire, regardez le rétroviseur, mettez l’indicateur et bougez latéralement. Il est important de faire un léger mouvement de la tête en regardant le rétroviseur.
  • Qui n’a jamais été étouffé par un parking ? Quoi qu’il en soit, la clé, c’est de prendre un bon départ.
  • Placez-vous à un demi-mètre de la voiture que vous prenez comme référence.
  • Départ en pente ascendante. Pour éviter que la voiture ne décroche, relevez l’embrayage jusqu’à ce que le levier de vitesses et le volant vibrent. Relâchez le frein et maintenez l’embrayage et commencez à accélérer.
  • Attention aux arrêts. Lorsque vous atteignez un arrêt et que vous n’avez pas de visibilité, approchez le torse corporel et la tête inclinée vers l’avant. Ensuite, arrêtez-vous complètement dès que vous avez de la visibilité.
  • Respectez le rendement. Si vous atteignez un rendement sans visibilité, passez la 1ère vitesse, souvenez-vous de la différence entre un stop et un rendement !
  • Gardez un œil sur les zones conditionnées. Important : Si l’examinateur vous dit de tourner à gauche ou de changer de direction, la première chose à faire est de tourner à droite pour entrer dans la zone conditionnée.
  • Rappelez-vous la règle générale. Lorsque vous arrivez à une intersection et que la préférence n’est pas indiquée, regardez où se trouve le virage ou l’entrée interdite : les voitures viennent-elles de la droite et n’ont-elles pas de rendement ou d’arrêt ? Tu devras leur céder.
  • Apprenez les manœuvres en vidéo. Si le livre théorique ne suffit pas, essayez d’étudier les manœuvres avec un contenu audiovisuel.
  • Vérifiez les zones d’examen. Tout comme vous avez étudié pour l’examen théorique, c’est une bonne idée de passer en revue les domaines que vous pouvez toucher pendant la pratique, ne vous laissez pas prendre au dépourvu !
f }