Comment préparer facilement une assiette de riz blanc ?

Du riz blanc, plus simple que ça !

C’est un plat simple, mais il doit être préparé en suivant quelques suggestions, afin de ne pas risquer l’effet « mash ». Seul ou en accompagnement de poissons, viandes et légumes, il est très riche en nutriments.

préparer une assiette de riz blanc semble un jeu d’enfant, une opération qui peut se faire les yeux fermés, sans aucune astuce. Mais ce n’est pas le cas. À moins que vous ne vous contentiez de manger quelque chose qui ressemble plus à une purée qu’à une assiette de riz. Parce qu’il y a tellement de types de riz sur le marché et parce que chaque type de riz est spécifique à un type de cuisson particulier.

L’amidon du riz blanc est un aspect fondamental

Il est souvent tentant de penser qu’il n’y a pas de différence entre un riz et un autre, et que s’il y a une différence, elle ne concerne que la taille du grain. Au lieu de cela, un autre élément qu’il faut garder à l’esprit est la quantité d’amidon contenue dans un riz plutôt qu’un autre. L’amidon est libéré pendant la cuisson et détermine le rendement du riz. Pour obtenir un plat avec des grains bien égrenés et séparés les uns des autres, comme le riz blanc, il faut choisir une qualité avec plus d’amidon. Les meilleurs sont le riz fin ou superfin.

Choisissons le bon riz

Les variétés de riz sur le marché sont nombreuses, mais les plus grandes produites dans notre pays, qui appartiennent à la sous-espèce japonica, sont une douzaine. Ils sont classés dans les groupes communs, semi-fins, fins et super-fins. La première comprend, entre autres, les variétés Balilla et Ambra et se caractérise par un grain opaque, une faible résistance à la cuisson et donc adapté aux soupes en bouillon et desserts. Parmi les demi-finales les plus célèbres sont la Rosa Marchetti, la Vialone nano et la Venere. Ces grains sont plus résistants à la cuisson et sont surtout utilisés pour la préparation des soupes, timballi et supplì. Parmi les variétés fines, nous connaissons les variétés Ribe et S. Andrea : les grains de ce riz ont une structure en verre et sont plus résistants à la cuisson. Ils sont utilisés pour le remplissage des légumes, pour le sartù et les bordures. Avec un grain vitreux et très résistant à la cuisson sont les superfines, y compris Carnaroli, Baldo, Arborio et Rome. Ces variétés ont de grandes quantités d’amylose, cette partie de l’amidon qui rend le grain dur et résistant à la cuisson, parfait pour les risottos et aussi pour le riz blanc.

La recette pour préparer le riz blanc

Prenons deux poignées de riz Carnaroli par personne. Le riz cuit à l’eau, c’est moins que le risotto et il est donc préférable d’en abonder les quantités. Versez 1/2 litre d’eau pour 100 g de riz dans une grande casserole et faites bouillir. Une fois que l’eau a atteint l’ébullition, salez (les doses sont de 10 g par litre d’eau) et quand le sel a fondu, versez le riz et remuez. Lorsque l’ébullition reprend, baisser le feu et cuire à feu doux pendant 15-16 minutes, puis goûter le riz. Lorsqu’il a atteint la consistance désirée, c’est-à-dire lorsque le grain est bien al dente, égouttez-le et assaisonnez-le avec une noix de beurre (20 g chacun) et un généreux filet de parmesan râpé. Si vous préférez, vous pouvez remplacer le beurre par de l’huile d’olive extra vierge. Le point de cuisson du riz est extrêmement subjectif, mais normalement, le riz est prêt lorsque vous cassez le grain avec vos dents, vous ne sentez pas un noyau encore dur.

f }