Alejandro Sanz réunit les principaux groupes pop dans un concert unique

 

L’artiste a rassemblé 50 000 personnes au Calderon lors d’une soirée un peu inégale.

Aujourd’hui, le major de la pop espagnole s’est agenouillé et vocalisé devant l’un de ses piliers indiscutables, Alejandro Sanz, et devant le best-seller national, « Más » (1997), celui du cœur « partío », qui n’était pas brisé, recomposé 20 ans après pour le chanter en entier dans une célébration un peu inéquitable.

Seule la menace de la pluie a donné du répit au chanteur, qui a dû faire face à un long retard, des problèmes dans la retransmission de l’événement par « streaming », dans les accès par des entrées fausses ou dupliquées et avec une réalisation mal conçue, qui sait si comme malédiction associée à ce maximum étendu selon lequel ses chansons ne peuvent que les chanter elles-mêmes.

Alejandro Sanz s’entoure d’amis comme Malú, Pablo Alborán, Miguel Bosé ou Laura Pausini.

Enfin, deux heures et demie se sont écoulées depuis le concert unique’Más es más’. Il y avait 25 chansons et presque autant d’artistes que Juan Luis Guerra, Juanes, Pablo Alborán, Malú, Manuel Carrasco, Laura Pausini ou Miguel Bosé, tous réunis dans le stade Vicente Calderón devant les plus de 50 000 personnes qui ont vendu en une demi-heure, les dernières à l’occuper avant sa démolition.

Un stade qui, dans les minutes précédentes, a rugi par le simple fait d’écouter sa musique de fond ou de voir des images sauvées depuis ses débuts, lorsqu’en 1991, il a créé « Viviendo rapisa » et grimpé dans une galerie de 25 millions d’exemplaires vendus dans le monde, 20 Latin Grammys et 3 Grammys awards.

Un stade qui émettait également un bip 40 minutes après le début de l’événement, probablement en raison de l’échec de la retransmission pour des milliers de personnes qui ont payé pour suivre l’événement depuis leur domicile, tandis que les nouvelles de l’extérieur venaient de centaines d’autres personnes indignées par des entrées fausses ou en double, selon El Mundo.

A 22h15, enfin, ce garçon de Moratalaz qui jouait des chansons « sur le pont de l’Etoile » et qui assistait à un concert des Rolling Stones dans cette enceinte, rêvant qu’un jour il serait à sa place, a agressé pour la seconde fois la rive de Manzanares, cachée par des lunettes de soleil.

Deux douzaines de musiciens pour que tout semble parfait

« Je m’appelle Alejandro Sanz, je suis né à Madrid et j’ai grandi dans la moitié du monde, je n’avais pas de meilleur plan pour aujourd’hui que de chanter pour vous pendant les 20 prochaines années », a-t-il dit dans ses premiers mots devant le public d’un concert qui a commencé à être prévu il ya un an.

Parmi les meilleurs, l’effort démontré précisément en mettant en marche ce spectacle très complexe et unique dans lequel, en plus d’attirer tant de stars, a fait monter sur scène un groupe d’une vingtaine de musiciens, ceux de son groupe actuel et ceux qui ont marché « More » il y a deux décennies, pour colorer tout espace sonore disponible de l’enceinte avec des cordes, métaux, percussion et voix.

Mais Dani Martín a payé le prix d’être le premier à l’accompagner et son micro n’a pas voulu fonctionner correctement quand il a ouvert le feu avec « Hoy que no estás », dans un répertoire qui a conjugué des chansons de « Más », des morceaux d’autres albums et compositions qu’il a donnés à différents artistes.

Dans cet ordre, Pablo López (« Aquello que me diste », avec des images floues), Laura Pausini (« La fuerza del corazón »), Antonio Carmona (« Para que tú no llores »), Juanes (« Quisiera ser »), Malú (« Aprendiz », en version âme) et Miguel Poveda (« Siempre es de noche ») sont passés par là.

Les écrans géants ont également causé des problèmes

« Vous ne pouvez pas voir », a protesté à l’unisson une grande partie du public, indigné qu’aucun des cinq écrans n’offre d’images des artistes sur scène. Antonio Orozco, en effet, a dû être deviné quand il a interprété « La margarita dijo no » parmi une mer d’enfants avec différents drapeaux, y compris l’arc-en-ciel de la Gay Pride, jusqu’à ce que « Looking for paradise », accompagné par un membre de son groupe, a encore offert des plans rapprochés.

Pastora Soler, l’une des plus talentueuses, a repris les duos flamboyants avec’Si hay Dios’, pour laisser place à Pablo Alborán et, avec lui, à la grande rencontre des deux titans de la musique actuelle en Espagne. Ensemble, ils ont chanté avec une saveur andalouse’El alma alma al aire’,’Regálame la silla donde te esperé’ et’Hoy llueve, hoy duele’.

Avec Pisando Fuerte le concert et les nuits de musique dans le Calderón sont terminés.

Juan Luis Guerra a pris en charge’Desde cuándo’, Jesse & Joy de’Yo no soy una de esas’ et Niña Pastori de’Cuando nadie me ve’ et’Cai’, dans une belle et excitante performance au piano, tandis que dans’Y, ¿si fuera ella’ il a eu recours à la voix ductile de David Bisbal et pour Manuel Carrasco a fait’Ese último momento’.

Seul à la barre, Sanz a encore donné quelques chansons à son peuple, voir’Yo te traigo…. 20 ans’,’See it?’,’It’s not the same’,’It’s not the same’ et, pour finir,’Pisando fuerte’, entre une mer de confettis et des feux d’artifice qui ont dit adieu non seulement au concert, mais aussi au stade de tant de soirées de musique à la fin glorieuse comme celle-ci.

f }